Missler Software met le turbo

Une croissance de 6% en 2011, le regroupement avec Alma, la version 7 de son produit phare TopSolid’Cam… Missler Software fait feu de tous bois…  Entretien avec Christian Arber, pdg de l’éditeur français.

Fabrication Mécanique : Quels ont été les principales raisions de cette évolution technologique ?

Christian Arber : Le développement du logiciel TopSolid’Cam 7 a débuté il y a cinq ans. L’élément déclencheur a été notre volonté de renouveler la ligne de solutions que Missler Software proposait à ses clients. En effet, la version 6, déclinée dans toutes nos solutions, date du milieu des années 90. L’objectif de cette nouvelle mouture est d’être en adéquation avec les développements technologiques des années 2000 et, au-delà, de pérenniser cette génération jusqu’en 2020 au moins !

En gardant la même philosophie produit ?

Oui. La démarche d’intégration totale entre la conception, la fabrication et l’ERP (gestion intégrée) reste au cœur de notre stratégie. C’est notre objectif, notre atout majeur que nous renforçons avec la génération 7.

Quels sont les points-clé de TopSolid’Cam 7 ?

J’insisterais sur le PDM (gestion de données techniques), l’ergonomie et la performance. Premièrement, l’utilisateur a non seulement un logiciel géométrique, mais aussi une base de données intégrée. Ceci permet par exemple, à l’usineur de gérer facilement ses outils de coupe, ses machines ou ses parcours d’outils en ayant toujours les bonnes informations. De même, les plans ou ls nomenclatures peuvent être consultés directement. Il en résulte un gain de temps considérable pour l’utilisateur. TopSolid’Cam 7, c’est ensuite une ergonomie simplifiée, avec une prise en main très rapide et une navigation intuitive. Nous avons développé une solution compatible avec les habitudes des utilisateurs de logiciels CFAO (conception et fabrication assistées par ordinateur), en particulier les nouvelles générations. Enfin, les pièces à produire se sont complexifiées et les machines-outils sont de plus en plus sophistiquées. Il fallait donc développer un logiciel pouvant tenir la route face à ces évolutions. TopSolid’Cam 7 traite des gros modèles et l’usinage complexe.

Quelle est la stratégie commerciale pour TopSolid’Cam 7 ? Est-elle la même en France qu’à l’export ?

Le logiciel est disponible en France depuis le milieu 2011 et nous comptons une cinquantaine d’utilisateurs. Nous ciblons de nouveaux clients, avec des besoins « classiques » et simples en usinage, en attendant que le niveau de développement s’équilibre entre la version 6 et la version 7. Ce qui devrait arriver à la fin de cette année. Pendant cette période de transition, nous mettons l’accent sur l’ergonomie très attractive du nouveau produit pour conquérir de nouveaux clients. Par ailleurs, notre ligne de produits GOelan étant amenée à ne plus évoluer en 2013, nous proposons à nos clients GOelan en 2012 de passer progressivement à TopSolid’Cam 7, une solution plus moderne et plus facile à utiliser. La France est notre marché pilote, c’est donc volontairement que nous ne diffusons que timidement ce produit pour le moment à l’export. Nous comptons quelques clients aux Etats-Unis ou en Italie, mais le vrai lancement à l’international s’effectuera probablement à partir de septembre 2012.

Comment voyez-vous la cohabitation entre la version 6 et la version 7 ?

Comme je vous ai déjà précisé, en 2012 nous maintenons les deux versions. Avec des nouveautés pour TopSolid’Cam V6.13, car TopSolid’Cam 7 n’a pas encore tout à fait atteint le niveau fonctionnel de TopSolid’Cam V6.13. Toutefois, à terme, nous maintiendrons bien sûr la version 6 en développant quelques nouveautés mineures, mais nous concentrerons tous nos efforts sur le développement de la génération 7. Les supports techniques sont actuellement à 90% sur la version 6, et seulement à 10% sur la génération 7. D’ici quatre ou cinq ans, la tendance devrait s’inverser pour laisser toute sa place à TopSolid’Cam 7.

Quel est le prochain logiciel de votre gamme qui passera à la génération 7 ?

C’est difficile à dire. Nous avons commencé avec la mécanique générale en fraisage et tournage (bientôt le décolletage) pour les besoins de conception, fabrication et gestion. La suite logique, qui est en cours de développement, c’est l’outillage, avec TopSolid’Mold, l’électroérosion et TopSolid’Progress. Nous finirons par les domaines du bois et de la tôle.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.