Les informations de la semaine

Trumpf bat tous ses reccords

Le fabricant de machines-outils, technologie laser et technologie médicale, a généré un chiffre d’affaires de 2,33 milliards d’euros au cours de l’exercice 2011/2012, clôturé fin juin. Un chiffre d’affaires en progression de 15 % par rapport à l’exercice précédent (2,02 milliards d’euros). Trumpf bat ainsi son record d’avant la crise. Le carnet de commandes a, lui aussi, progressé au cours de l’exercice 2011/2012. Avec ses 2,35 milliards d’euros, il se situe nettement au-dessus de celui de l’exercice précédent (2,22 milliards d’euros). Les bénéfices sont en hausse également, avec un résultat avant impôts passé de 185 à 211 millions d’euros en 2011/2012, soit une progression de 13,8 %. Dans les machines-outils, son secteur d’activité principal, l’entreprise enregistre une progression de 17 % de son chiffre d’affaires, soit 1,89 milliard d’euros. Le secteur d’activités Technologie laser et électronique a progressé de 14,8 %, soit 727 millions d’euros, et le secteur Technologie médicale de 4,4 %, soit 184 millions d’euros. Au cours de l’exercice écoulé, les principaux marchés régionaux de l’entreprise ont été l’Allemagne (gain de chiffre d’affaires de +14 % à 671 millions d’euros), les Etats-Unis (+23 % à 274 millions d’euros) et la Chine (+9 % à 186 millions d’euros). Actuellement, Trumpf ressent une détérioration de la conjoncture économique mondiale. Néanmoins, il table sur une nouvelle croissance au cours de cet exercice. Au cours de l’exercice précédent, Trumpf a créé plus de 1 000 nouveaux emplois, dont plus de la moitié en Allemagne. Son effectif est passé à plus de 9 600 personnes. L’entreprise a investi 153 millions d’euros (contre 61 millions pour l’exercice précédent) dans ses équipements et ses actifs immatériels. Ses dépenses en R&D ont augmenté de 22,4 % à 193 millions d’euros (contre 158 millions pour l’exercice précédent). Son ratio R&D s’élève ainsi à 8,3 %, soit pratiquement le double de la moyenne de la branche. 1 352 salariés sont affectés à la recherche et au développement, soit 17 % de plus que l’exercice précédent.

Pour plus d’informations : www.trumpf.com

Les nouveaux systèmes de commande configurables Pilz

Le fabricant allemand d’automates programmables de haute sécurité lance une nouvelle génération des systèmes de commande configurables. Les extensions du côté droit avec des modules d’entrées / sorties qui peuvent être utilisés aussi bien en tant qu’entrées et sorties constituent la nouveauté du PNOZ m B0. Avantage : la flexibilité dans l’ingénierie d’une solution d’automatisme. Le PNOZ m B0 (45 mm de large), permet un gain de place dans l’armoire électrique. Il dispose d’un écran intégré avec éclairage contenant des textes personnalisés et permettant une mise en service et un diagnostic rapides. Le nouveau système de commande PNOZmulti 2 est destiné aux applications de sécurité et standard, dans tous les secteurs d’activités de la construction de machines.   

Pour plus d’informations :  https://shop.pilz.com/eshop/cat/fr/FR/A0011B0019/Configurable-control-systems

Des AGV compacts

D’une largeur inférieure à 80 cm, les chariots autonomes guidés par laser (AGV) Atlis développés par JBT Corporation travaillent dans toutes les zones de l’entrepôt, même dans les endroits les plus exigus. Ils évoluent aussi en toute sécurité entre les équipements, pour approvisionner les lignes depuis les magasins, transférer les produits finis vers les zones de stockage, sans exiger de zones réservées. Ils sont équipés en série de système de détection de personnes et d’obstacles placés à l’avant et à l’arrière du véhicule. En cas de problème, le chariot s’arrête automatiquement. Il reprend son parcours lorsque plus rien ne se trouve sur son chemin. Les AGV peuvent être équipés d’une synthèse vocale. Fini les signaux sonores tellement omniprésents qu’ils en deviennent inaudibles : le chariot adresse un message approprié et immédiatement remarqué. Ils ne nécessitent pas de travaux d’infrastructure, pas de fils ou de modification des sols. Les AGV ATLIS sont pilotés par le système SGV Manager, qui peut fonctionner en totale autonomie ou en interface avec tous les systèmes de gestions ERP et WMS. Le SGV Manager gère et affecte les missions, contrôle le trafic et les interactions tout au long de l’itinéraire: convoyeurs, transtockeurs, portes, monte-charges, signalisations… Le logiciel est même capable de regrouper tous les AGV dans des zones de repli en cas d’alerte incendie.

Quelques éléments techniques
Vitesse de déplacement : 1,0 à 1,7 m/s
Capacité de levage : 500 à 1500 Kg
Hauteur maximum de levage : jusqu’à 3,5 m
Largeur : < 800 mm pour les palettes,(< 550 mm pour les rolls)
Longueur L2 : < 270 mm
 

Pour plus d’informations : www.jbtc-agv.fr

Toyota Material Handling Group / BT France : une année fiscale positive.

Toyota Material Handling Group (TMHG) – la division « Matériels de Manutention » de Toyota Industries Corporation (TICO) – a atteint des ventes nettes de 5,2 milliards d’eurosavec 184 000 chariots vendus dans le monde pendant l’année fiscale 2012. Soit une progression de plus de 20 % par rapport à l’exercice précedent (respectivement 4,3 milliards d’euros en ventes nettes et 153 000 chariots vendus). Outre TMHG, TICO compte quatre autres entités : automobiles, logistique, machines pour l’industrie textile, et autres activités. Le groupe a enregistré un chiffre d’affaires de 14 milliards d’euros, en progression de 16%. Le nombre de salariés a également augmenté avec 43 500 collaborateurs au sein de TICO, dont 18 700 dans la division TMHG (contre respectivement 40 825 et 18 000 employés sur le fiscal 2011). En Europe, c’est Toyota Material Handling Europe (TMHE) qui commercialise dans plus de trente pays, les marques de chariots frontaux Toyota et de magasinage BT. Sur l’année fiscale 2012 TMHE a vu ses volumes progresser de 37 % avec 66 000 chariots vendus et des ventes nettes atteindre 1,6 milliards d’euros(contre respectivement 48 000 unités et 1,4 milliards d’euros sur l’année fiscale 2011). L’année fiscale 2012a été marquée par le lancement des préparateurs de commandes au sol ergonomiques Optio L, récompensés par le Trophée IF Or du design. TMHE s’est également concentré sur des solutions et des services logistiques qui réduisent les coûts opérationnels de ses clients tout en améliorant la sécurité, comme par exemple la logistique automatisée. BT France (filiale de TMHE en France) a augmenté son chiffre d’affaires sur l’année fiscale 2012 de plus de 13 % avec 205 millions d’euros (contre 181 millions d’euros sur l’exercice fiscal 2011) et atteint 14 % de part de marché dans l’Hexagone. L’entreprise a annoncé la création au 1er janvier 2013, de Toyota Material Handling France (TMH France). A l’instar des autres filiales européennes, TMH France commercialisera les matériels Toyota et BT. Ce changement de raison sociale s’accompagne de la mise en place d’un modèle de distribution qui associera un réseau intégré à un réseau de concessionnaires. (L’année fiscale 2012 couvre la période du 1er avril 2011 au 31 mars 2012 – L’année fiscale 2011 couvre la période du 1er avril 2010 au 31 mars 2011. Les conversions en Euros sont calculées sur la base de 109 Yen = 1 €)

La filière mécanique s’organise pour doper l’exportation

De gauche à droite : Jérôme FRANTZ, Président de la Fédération des Industries Mécaniques (FIM), Nicole BRICQ, Ministre du commerce extérieur, Christophe LECOURTIER, Directeur Général d’UBIFRANCE

La Fédération des Industries Mécaniques (FIM) et Ubifrance ont signé mardi 16 octobre 2012 une convention de partenariat pour renforcer l’accès des entreprises de la mécanique aux marchés internationaux. Cet accord vise à renforcer la présence des entreprises de la filière sur les marchés étrangers notamment par une participation accrue aux salons internationaux, la mise en relation avec des acheteurs, l’organisation de missions dans des pays porteurs, l’utilisation des volontaires internationaux en entreprise… En 2012, 49 actions communes dans 24 pays ont été conduites par la FIM en lien avec Ubifrance. L’objectif est de doubler ces actions commerciales d’ici un an.

La FIM représente 11 500 entreprises et emploie 620 000 salariés (20% de l’emploi industriel français). Avec un chiffre d’affaires de 45,2 milliards à l’export en 2011, les industries mécaniques, qui exportent sur tous les continents, occupent le 6eme rang mondial, derrière les Etats-Unis, l’Allemagne, la Chine, le Japon et l’Italie.

Pour plus d’informations : dossier_presse_FIM_Ubifrance_v 15-10 2012

Les hybrides Honda se vendent comme des petits pains

Le constructeur japonais a annoncé que ses ventes cumulées de véhicules hybrides ont dépassé un million d’unités à fin septembre 2012. Le début de cette commercialisation a eu lieu au Japon, en novembre 1999, avec la Honda Insight de première génération. Cette dernière réalisait une consommation de 2,86 l/100 km*, alors record du monde des modèles à essence de grande série.
En capitalisant sur les prestations de son système hybride léger et compact IMA (Integrated Motor Assist – Assistance électrique intégrée), Honda a fait progresser sa gamme de véhicules hybrides et commercialise actuellement 8 modèles hybrides dans environ 50 pays à travers le monde.
En mai dernier, Honda a démarré la production de modèles hybrides hors Japon, d’abord avec l’Acura ILX Hybrid aux Etats-Unis, suivie de la Jazz Hybrid en Thaïlande en juillet dernier. Honda prévoit par ailleurs de lancer la production de la Jazz Hybrid en Malaisie fin octobre. Elle vise la livraison des véhicules hybrides abordables, performants et à faible taux d’émissions de CO2 à la clientèle en Asie, où la demande en véhicules écoénergétiques devrait croître dans les années à venir.
Outre l’optimisation de l’offre actuelle en modèles hybrides pourvus du système hybride à un seul moteur électrique, Honda introduira de nouveaux types d’hybride sur les modèles de moyenne gamme, qui recevront un système à deux moteurs électriques. Par ailleurs, pour pérenniser l’excellence en termes de potentiel de conduite, un système hybride à trois moteurs électriques de rendement et puissance élevés, baptisé Sport Hybrid SH-AWD (Super Handling All Wheel Drive– Transmission intégrale à transfert de couple piloté), garantissant à la fois un comportement sportif de haut niveau et de basses consommations, sera mis en oeuvre sur les NSX et Acura RLX Sport Hybrid, ainsi que sur la remplaçante de la Legend, dont le lancement est prévu au Japon.
Sous le slogan environnemental global « Blue Skies for Our Children » (« Un ciel bleu pour nos enfants »), Honda poursuivra ses efforts pour accroître la pénétration des modèles hybrides afin de favoriser l’avènement d’une société à faible taux de carbone.
* 35 km/litre selon cycle japonais 1015, mesurés sur un véhicule à boîte manuelle à 5 rapports

Pour plus informations : www.hondanews.eu
Les nouveautés du recyclage
A lire dans le numéro d’octobre/novembre 2012 de la revue Recyclage un dossier sur le pesage, le contrôle et le suivi des données qui détaille les techniques adaptées aux enjeux. A signaler aussi dans le même numéro l’article de Geneviève Hermann sur les ETI du recyclage. Son verdict : elles continuent à grossir…
Dans la newsletter du 16 octobre 2012 éditée par la revue, l’organisme Eco-Emballages fait le bilan de son action en 2011. Encourageant.
Pour plus d’informations : www.recyclage-recuperation.fr
Moteurs de lecture laser fiables
Honeywell annonce la gamme N4300 de moteurs de lecture laser qui offre aux fabricants d’équipement d’origine une solution améliorant la productivité et les performances opérationnelles. Les fournisseurs de solutions de bornes et distributeurs automatiques de billets peuvent ainsi étendre leur réseau à des régions émergeantes grâce à un moteur OEM alternatif. Le N4300 représente la première alternative hautes performances au moteur de lecture laser miniature des solutions SE95X de Motorola. Grâce à une détection des objets unique, une interface USB et un fenêtrage configurable, le N4300 s’intègre facilement aux lecteurs portatifs existants, aux ordinateurs portables et aux appareils fixes, tels que les distributeurs automatiques de billets et les bornes. Il propose quatre niveaux de décodage de sécurité et une lecture avancée des codes-barres moyenne et basse densité, ainsi que des codes de qualité médiocre, pour toute une gamme d’applications. Le N4300 est compatible avec le logiciel de gestion à distance Remote MasterMind™ 3.0d’Honeywell.Pour plus d’informations : www.honeywellaidc.com
Torches de soudage efficaces et sans risques
Air Liquide Welding complète sa gamme de torches de soudage à aspiration de fumées avec les torches WST 310W MS et WST 359W MS. Refroidies par eau, ces dernières disposent d’une buse vissée et ont un facteur de marche de 300 A à 100 % pour la WST 310W MS (mono circuit de refroidissement) et de 420 A à 100 % pour la WST 359W MS. Dotée d’un double circuit de refroidissement, la WST 359W MS améliore sensiblement les résultats, en particulier pour le soudage de l’aluminium. Ces torches seront raccordées soit à des unités d’aspiration autonomes, soit à un réseau centralisé haute dépression. Les deux torches disposent de microcontact et de buse rallongée (dépôt de brevet Air Liquide Welding, torche avec microcontact et dispositif de modulation du débit d’aspiration). En effet, en soudage confiné, il est nécessaire de pouvoir moduler le débit d’aspiration. Sur les torches aspirantes classiques, cette modulation se fait par une ouverture manuelle au niveau de la poignée de torche. Cette ouverture ne peut se faire en cours de soudage sans risquer de perdre le suivi du cordon de soudure et provoque généralement un défaut de pénétration ou un défaut visuel du cordon. De plus, cette action étant à l’initiative du soudeur, rien ne l’oblige à refermer l’ouverture et il peut continuer son soudage avec des conditions dégradées, dangereuses pour sa santé. Grâce au microcontact placé sur le manche de torche, un appui sur celui-ci va permettre de diminuer le débit d’aspiration sans modifier le cordon de soudure. La commande de modulation peut être réalisée par appui continu (au relâchement du bouton, il y a retour au débit nominal) ou par une action en deux temps : première impulsion, diminution du débit, deuxième impulsion, retour au débit nominal). Dans ce cas, il y a retour au débit nominal automatiquement en fin d’arc.
Pour plus d’informations : www.airliquidewelding.com
Perçage profond jusqu’à 50D

Hoffmann Group propose un nouveau système de perçage profond pour des applications jusqu’à 50D. Baptisé Garant, il dispose de géométries, angles et tolérances de coupe qui se complètent avec précision en fonction de la profondeur de perçage voulue. Ainsi, durant le processus de fabrication, il n’y a plus besoin d’effectuer des réglages quand on change d’outil. Dans sa nouvelle brochure sur son système de perçage profond, l’entreprise propose des produits spéciaux ainsi que les explications correspondant aux quatre étapes de travail successives : surfaçage, centrage, perçage d’avant trou et perçage de trou profond. La préparation du processus de fabrication nécessite de surfacer par fraisage, avec une rugosité minimale, une surface perpendiculaire à l’axe de perçage. On utilise ensuite un foret a pointer CN avec une pointe de foret de 142° pour réaliser un centrage et un alignement précis. Lors de l’étape suivante du perçage de l’avant trou, la profondeur minimale dépend de la profondeur de perçage profond voulue. Pour faciliter l’entrée du foret de perçage profond, on pratique un chanfrein à 90° ou 60° pour le perçage horizontal, à la verticale le chanfrein est préconisé mais pas nécessaire si un centrage a été effectué. Pour ce faire, on prend une fraise à chanfreiner en carbure ou en HSS. Le débourrage est donné en fonction de la profondeur de perçage. A partir de 40xD le débourrage doit avoir lieu après sur 3xD.

Pour plus d’informations : www.hoffmann-group.com

Les composites : une solution d’avenir pour allèger les automobiles

Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, a visité le 15 octobre 2012 l’Institut de Recherche Technologique (IRT) Jules Verne à Bouguenais (Loire-Atlantique), dont le Centre technique des industries mécaniques (Cetim) est un des membres fondateurs. A cette occasion, Philippe Choderlos de Laclos, directeur général du Cetim, a présenté le projet de ligne pilote haute cadence pour fabriquer les pièces en composites. Destinée à la filière automobile, cette plateforme représente un investissement de 13,4 millions d’euros financés par la région des Pays de la Loire, l’IRT Jules Verne et le Cetim. Objectif : l’allègement des véhicules, indispensable à la réduction du taux de CO2. En effet, il faut gagner environ 200 kg par véhicule pour satisfaire d’ici à 2020, aux normes de rejet de CO2 dictées par Bruxelles. Pour espérer de tels gains, les constructeurs doivent s’attaquer à ce qui pèse lourd, c’est-à-dire les pièces structurelles comme le châssis et l’habitacle, qui représentent un tiers du poids total d’un véhicule. L’intégration des composites dans les pièces semi-structurelles et structurelles automobiles est déjà à l’étude chez de nombreux acteurs internationaux, notamment en Allemagne et au Japon, comme on a pu le constater au Mondial de l’automobile de Paris chez Land Rover, par exemple. Pour rester dans la compétition mondiale, les constructeurs français doivent donc disposer de réponses aux défis du composite au plus tard en 2015.
« L’objectif du Cetim est d’irriguer les industries mécaniques en composites économiquement compétitifs mais néanmoins performants et créer ainsi des alternatives industrielles ramenant les fabrications en France. Pour cela, le chemin passe par l’automobile, école d’exigence dans la production de série, synonyme  de technicité et d’efficacité », a précisé à cette occasion Philippe Choderlos de Laclos, directeur général du Cetim.

La ligne pilote est installée dans les locaux du Cetim sur le site du Technocampus EMC à Bouguenais (Nantes). Elle est conçue avec l’Ecole Centrale de Nantes et réalisée dans le cadre de l’IRT Jules Verne, en partenariat avec les constructeurs PSA, Renault, des équipementiers tel que Faurécia, et Compose, une PME du GIE Albatros spécialisée dans l’industrialisation de pièces plastiques et composites.

Flir Systems lance son programme de reprise 2012

Si vous échangez votre ancienne caméra thermique, quels que soient son âge et sa marque, avec une caméra thermique de Flir Systems vous économisez 20 %. Les accessoires et les logiciels commandés avec la nouvelle caméra thermique bénéficient aussi de la remise de 20 %. Cette année, les utilisateurs peuvent économiser jusqu’à 7 130 euros sur un choix de caméras thermiques Flir, y compris les derniers modèles T640 / T620.

Pour plus d’informations : www.flir.com

Contrôle laser du soudage des tuyaux

Il y a deux méthodes pour contrôler la position de la tête de soudage à l’intérieur d’un tuyau. Dans la première méthode, le capteur laser est monté directement sur la tête intérieure et contrôle sa position en détectant le joint directement en avant du point de soudage. Le désavantage est qu’il peut ne pas y  avoir assez de place pour le capteur à l’intérieur d’un tuyau de petit diamètre. Un autre problème est celui d’éclaboussures de soudure. Ces inconvénients sont éliminés par la seconde méthode dans laquelle le capteur est monté à l’extérieur sur une glissière. Le capteur suit le joint    dynamiquement de l’extérieur puisque la tête de soudage à l’intérieur du tuyau est montée sur une glissière similaire qui reproduit  le mouvement de la glissière externe. Les inconvénients de cette approche sont cependant, son coût élevé et sa complexité. Elle nécessite un  système coûteux de glissière pour le capteur. De plus, l’opérateur de la machine doit synchroniser les glissières du capteur et de la tête de soudage avant de débuter la soudure. Meta propose une approche nouvelle qui a l’avantage de placer le capteur à  l’extérieur du tuyau sans le désavantage de la glissière séparée. La société a conçu une nouvelle méthode de calibration qui, combiné avec le capteur laser intelligent (SLS) haute résolution de Meta, permet à ce dernier d’être monté en position fixe à l’extérieur du tuyau. Le nouveau système de suivi inversé VistaWeld SLS a déjà été installé sur des installations de fabrication de plusieurs tuyaux en spirale. Le capteur fournit la mesure exacte du décalage du brut de soudage qui peut être surveillée par les opérateurs ou utilisée comme signal d’entrée d’un système de contrôle automatique du décalage.

Pour plus d’informations : www.meta-mvs.com

Fives scrute les usines du futur

Le groupe d’ingénierie industrielle Fives célèbre cette année son bicentenaire. A cette occasion, il a créé l’Observatoire des Usines du Futur : au travers d’un cycle d’événements déployés tout au long de cette année, Fives associe grand public et experts pour ouvrir le débat sur l’industrie de demain et définir ce que pourrait être l’usine du futur. Cette démarche de concertation nationale aboutira le 7 novembre prochain avec la restitution d’une Charte citoyenne. Fives a choisi de partager avec le plus grand nombre le fruit de sa démarche de concertation nationale via la plateforme lesusinesdufutur.com.

 

Les innovations de National Instruments

Le fournisseur américain de solutions d’automatisme propose plusieurs nouveautés. A consulter :

NI annonce le contrôleur embarqué PXI le plus rapide de l’industrie avec processeur Intel Core™ i7 de 3ème génération

NI LabWindows™/CVI 2012 accélère le développement des applications de test et mesure

Solutions de test à base de FPGA pour les technologies WLAN 802.11ac et Bluetooth basse consommation

NI TestStand 2012 accroît la cadence et la flexibilité du test automatique avec un nouveau framework modulaire

Deux châssis d’extension NI CompactRIO pour la création de systèmes de surveillance et de contrôle personnalisables

Crise sur le marché du fil machine d’aluminium

Alors que l’incertitude perdure sur l’avenir de l’usine d’aluminium Rio Tinto Alcan de Saint-Jean de Maurienne, le SYCABEL (SYNDICAT PROFESSIONNEL DES FABRICANTS DE FILS ET CABLES  ELECTRIQUES ET DE COMMUNICATION) attire l’attention sur les conséquences des choix qui seront faits pour l’industrie française du câble et pour l’ensemble de la filière électrique française. Disposant d’une capacité de production de l’ordre de 120 000 tonnes d’aluminium par an l’usine de Saint-Jean de Maurienne est le seul site en France qui produise du fil machine d‘AGS (alliage d‘Aluminium-Magnésium-Silicium) et du fil machine d’aluminium de qualité électrique. Tous deux sont nécessaires respectivement pour la fabrication des conducteurs pour lignes aériennes nues et pour la fabrication des câbles isolés (haute, moyenne et basse tensions) qui équipent les réseaux français de transport et de distribution d’énergie.

L’industrie française du câble est le principal utilisateur des produits de l’usine de Saint-Jean de Maurienne. Elle y approvisionne à hauteur de 50% ses besoins en fil d’aluminium de qualité électrique et la quasi-totalité de sa consommation de fils AGS.

L’usine de Saint-Jean de Maurienne offre à la filière française des câbles des avantages nombreux : rapidité et flexibilité des approvisionnements en raison de la proximité géographique ; garantie de la performance et qualité du fil machine grâce à une expertise de plusieurs décennies ; mise à disposition de productions spécifiques (AGS répondant aux normes françaises, aluminium R6 pour les câbles de branchement souterrains BT…). Force est de constater qu’aucun fournisseur européen n’est en mesure de remplacer à court terme et sans investissements importants la production de l’usine de Saint-Jean de Maurienne. Dans l’hypothèse d’une fermeture du site, la situation pourrait s’aggraver et durer de nombreuses années. L’approvisionnement devrait alors se faire hors d’Europe sans garantie de qualité équivalente. La hausse du prix de transformation se situerait entre 50 et 100 %, auxquels s’ajouteraient des coûts logistiques élevés et des droits de douanes de 7,5 %.

ABB dévoile les variateurs 100% compatibles

Le groupe suédois lance l’ACS880, premier membre de sa nouvelle gamme de variateurs industriels. Leur originalité : ils s’adaptent sans peine à tout, aux différents utilisateurs, aux procédés, aux activités…La gamme de puissance s’étend de 0,55 à 250kW, pour des tensions de 380 à 500V triphasé (et bientôt jusqu’à 690V). Les variateurs ACS880 sont disponibles en deux formes de montage :

  • ACS880-01 : coffrets pour montage mural déclinés en neuf tailles (R1 à R9) de 0,55 à 250kW, avec un degré de protection IP21 en standard (et prochainement IP55 en option)
  • ACS880-07 : armoires complètes de 55 à 250kW, avec un degré de protection IP22 en standard, IP42 ou IP54 en option et une grande variété d’options de personnalisation.

 Ces variateurs sontcompatibles avec de nombreuses industries telles que pétrole et gaz, mines, métal, chimie, ciment, centrales de production d’énergie, manutention, pâte et papier, bois et marine. Ils sont facilement configurables pour s’adapter aux besoins de nombreuses applications telles que levage, extrudeuses, treuils, convoyeurs, mélangeurs, compresseurs, pompes et ventilateurs.

Pour en savoir plus : 10.ACS880 100% compatible (NXPowerLite)22_08_12

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.