PTC à la conquête de nouveaux territoires

La croissance faible du marché de la CAO (conception assistée par ordinateur), due à la banalisation de ces solutions dans les entreprises, incite les éditeurs à attaquer de nouveaux domaines. C’est le cas de PTC. Une évolution confirmée par l’acquisition récente de la société Servigistics, spécialiste de solutions logicielles de gestion du cycle de vie des services (SLM).

Entretien avec Marc Diouane, Executive Vice President Global Services de PTC et Paul Grenet, Senior Vice President Aerospace & Defense Europe chez PTC.

Fabrication Mécanique : Comment expliquez-vous le changement de positionnement de PTC ?

Marc Diouane : Nous ne faisons qu’adapter notre offre à la demande des entreprises. Nous constatons ainsi depuis quelques années déjà, le besoin croissant de solutions de gestion des services. Le marché du SLM (Service lifecycle management ou gestion du cycle de vie des services) est estimé à 2,6 milliards de dollars et connaît une croissance de 9% par an. L’analyse du potentiel de différents marchés pour PTC, parle d’ailleurs d’elle-même : la CAO est créditée d’une croissance de 0 à 5% tandis que le PLM (gestion du cycle de vie des produits), le SLM et l’ALM (gestion du cycle de vie des applications) connaitront chacun une augmentation de 15 à 20 % dans notre chiffre d’affaires. Ce qui explique le rachat de Servigistics, un éditeur qui réalise un chiffre d’affaires de 70 millions de dollars. Et qui s’ajoute à celui d’Arbortext, d’ITEDO, de LBS et de 4CS, rachetées depuis 2005. PTC devient ainsi, avec un chiffre d’affaires de 200 millions de dollars, le premier fournisseur mondial (devant IBM, SAP et Oracle) de solutions logicielles pour la planification, la gestion et la tarification des contenus du service assuré par les entreprises. Des solutions qui supportent également la gestion des services sur site et la gestion des réparations ainsi que des retours. Nous sommes ainsi à l’avant-garde d’une tendance mondiale qui se manifeste par la volonté des entreprises à transformer le service d’un centre de coût en une source de profit. Un exemple : nous avons fait des benchmarks avec un important constructeur français d’automobiles, Renault pour ne pas le nommer, qui cherche à fidéliser ses clients avec une solution SLM globale. Il a été convaincu par notre offre.

PTC a racheté ces dernières années pas moins d’une douzaine d’entreprises. Comment assurez-vous la cohérence de votre offre ?

Marc Diouane : Nous ne sommes plus un simple fournisseur de logiciels, mais un créateur de solutions globales qui offrent aux entreprises aussi bien la technologie que l’expertise des processus ainsi que les services. Des solutions collaboratives qui guident les utilisateurs dans leur recherche et développement de nouveaux produits et services. De la conception à la fabrication en passant par la logistique et le service, les 21 solutions que nous fournissons couvrent toute la chaîne. Les utilisateurs peuvent ainsi piocher dans cette panoplie d’outils, au fur et à mesure d’applications qu’ils veulent réaliser. L’époque quand les entreprises se lançaient dans des grands projets qui engageaient une armada de spécialistes sur des périodes de trois ans ou plus, est révolue. Elles lancent plutôt de petits projets, cherchent des solutions qui s’installent en cinq ou six mois et apportent de la valeur ajoutée rapidement.

Signe des temps, le PLM, ALM et SCM (supply chain management ou gestion de la chaîne logistique) pèsent désormais environ 45% de notre chiffre d’affaires et visent un marché mondial d’environ 10 milliards de dollars. Nos offres, que ce soit Windchill ou Integrity, sont plébiscitées par les utilisateurs. La solution PLM Windchill compte ainsi pas moins de 1,2 millions d’utilisateurs au monde qui la considèrent comme la colonne vertébrale de l’entreprise.

Pour plus d’efficacité, l’entreprise qui veut choisir une de nos solutions a en face d’elle un seul responsable commercial PTC qui est assisté par des spécialistes. Quant à nos distributeurs, ils proposent les outils de CAO et de PDM (gestion de données techniques).

Quel est aujourd’hui le critère déterminant dans le choix d’une solution ?

Marc Diouane : C’est sans doute, le poids de la standardisation d’une offre et même les industries qui conçoivent des produits complexes comme l’aéronautique ou l’automobile sont concernées. Les utilisateurs demandent la solution le plus standard possible, rapide et facile à installer. Ce que vise par exemple, le programme Phenix d’Eurocopter, avec 90% d’utilisation standard.

 

PTC a lancé il y a un an Creo, une solution qui remplace ProEngineer. Quel est l’accueil des utilisateurs ?

Marc Diouane : Notre objectif est de fournir des réponses aux problèmes des entreprises. Comme par exemple, celui de systèmes de CAO hétérogènes qui empoisonnent la vie des concepteurs. Outil fédérateur, Creo peut dialoguer avec les différentes solutions existantes dans un bureau d’études. Sa force : il met la 3D à la disposition de tous dans l’entreprise. Nos benchmark démontrent que Creo réduit le temps de conception de 73% et le travail avec la souris de 51%. Le nombre de clicks est diminué de 49% et d’ouverture de menus de 57%. Alors, les utilisateurs sont en cours de migrer de ProEngineer à Creo et notre objectif est qu’à la fin septembre 2013 la moitié de la base installée aura déjà accomplie cette migration.

Le développement de projets mécatroniques sera de plus en plus fort à l’avenir. Avec une conséquence évidente : le renforcement de la partie logiciel dans les projets. Comme le démontre l’exemple de Rolls-Royce avec 60% de développements consacrés au logiciel dans ses projets ALM.

Quels sont vos objectifs en termes de chiffre d’affaires ?

Marc Diouane : Comme vous le savez, PTC vise un chiffre d’affaires de 1,8 milliards de dollars à l’horizon 2015, avec une marge opérationnelle de 25%. L’évolution de notre chiffre d’affaires nous incite à l’optimisme : la croissance a été de 8% sur l’exercice 2012 (chiffre d’affaires de 1,26 milliards de dollars) et sera de 9% sur 2013(nous visons un chiffre d’affaires de 1,36 à 1,38 milliards de dollars). Notre présence mondiale est équilibrée : 38 % aux Amériques, 38 % en Europe et 24 % en Asie/Pacifique, une région qui est en forte croissance. Tout comme celle par métiers : 28% dans les produits industriels, 18 % dans aerospace et défense, 18% dans l’électronique et high tech, 14 % dans l’automobile…

Quelle est la situation en France ?

Paul Grenet : Nous avons une dizaine de bureaux dans l’Hexagone avec un effectif de 300 personnes. Le chiffre d’affaires 2012 est de 100 millions de dollars, avec une croissance de 6 %. La maintenance représente 25% de ce chiffre d’affaires, les services 20 à 25% et les licences 20 à 30 %. Une centaine de distributeurs assurent la vente de nos solutions de CAO et PDM. Notre premier client, historique, est EADS. Safran, Thales, Alstom, FCI, Poclain et bien d’autres entreprises importantes, voire même Dassault Aviation, font appel à nos logiciels et services. Nous constatons une très forte demande pour les solutions PLM avec une croissance de 40% de la demande. La demande pour Creo 2.0 a été forte en 2012. Les projets SLM et ALM présentent aussi de belles opportunités pour PTC en France. De nombreux projets proviennent de PME et ETI (entreprises de taille intermédiaire), des sous-traitants de premier rang qui privilégient les offres prépackagées, adaptées à leur métier.

Les ateliers de fabrication ne sont pas satisfaits de la cohérence entre les outils de FAO et ceux de CAO. Alors, on voit même des éditeurs, comme Open Mind par exemple, qui proposent de logiciels de CAO adaptés à leur FAO…

 

Marc Diouane : C’est un vrai problème et certaines entreprises réfléchissent à l’utilisation de deux types de logiciels de CAO : l’un puissant et plus complexe, l’autre plus simple qui utilise des ressources de type « logiciel libre ». Ce décalage reste un des soucis importants des utilisateurs, sur lequel il faudra se pencher rapidement.

Les offres Cloud apparaissent dans le PLM. Qu’en pensez-vous de cette évolution ?

 

Marc Diouane : Le Cloud Computing avec ses avantages et surtout, la réduction des coûts, a un bel avenir devant lui. Mais cette évolution se fera lentement, d’ici cinq à dix ans. Les entreprises sont frileuses car elles se posent des questions concernant la sécurité de leurs données. Ce qui est aujourd’hui un faux problème, les outils existants assurent un niveau de sécurité correct. Il faudra surtout, changer les mentalités dans les entreprises, ce qui est loin d’être facile et nécessite toujours du temps. Néanmoins, l’arrivé d’une nouvelle génération habituée à manipuler les Smartphones et les tablettes changera cette situation. Le Cloud deviendra alors une réalité incontournable. On le voit déjà aux Etats-Unis, qui sont toujours un pas en avant par rapport à l’Europe, avec le développement d’une multitude de petits projets Cloud. PTC se prépare donc activement à ce changement…

 

Pour en savoir plus : Servigistics acquisition_FR

CP Salon EDUCATEC 2012 final

Creo 2 press release FINAL_FR

Press Conference Slides final press kit

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.