Les informations de la semaine

Simulation de dépose automatique de bandes composites

cgtechCGTech présentera son nouveau logiciel de programmation et de simulation de machines de dépose de bandes composites automatisées (ATL) au salon JEC Composites du 12 au 14 Mars 2013 à Paris Porte de Versailles. Un outil développé en collaboration avec MTorres spécialiste des équipements ATL. Les visiteurs auront une vision détaillée des étapes nécessaires depuis le modèle CAO de la pièce composite jusqu’au programme CN qui pilote la machine automatisée de dépose de bandes. Ils pourront également voir des réalisations qui mettent en valeur la mise en œuvre et l’utilisation du logiciel de programmation et simulation CN  indépendant hors ligne pour les machines AFP et ATL. CGTech fera la démonstration des applications composites de son logiciel de simulation d’usinage VERICUT, dont il présentera également la dernière version : VERICUT Composite Paths for Engineering (VCPe), VERICUT Composite Programmation (VCP) et VERICUT Composite Simulation (VCS).

Pour plus d’informations : www.simulation-machine.fr

 

Le baromètre des ventes de véhicules électriques

AVERE-FRANCE_BAROMETRE_fevrier_2013_1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réducteur planétaire de précision à couple élevé

faulhaber PR_Gear_15-10_BFaulhaber élargit son offre de réducteurs planétaires de précision avec la nouvelle série 15/10 qui  combine un couple élevé à un design compact et robuste en acier inoxydable. En effet, les performances des 15/10 permettent d’atteindre un couple continu de 350 mNm et un couple intermittent jusqu’à 500 mNm dans un diamètre de seulement 15 mm ! Ces réducteurs  planétaires 15/10 de façon à garantir leur combinaison avec toute sorte de micromoteurs comme des moteurs à courant continu, moteurs pas à pas ou moteurs sans balai. La vitesse d’entrée a été augmentée à 6 000 tr/min en fonctionnement continu et le poids de ce réducteur tout acier se situe entre 19 et 35 g suivant les ratios. Les réducteurs planétaires de la série 15/10 sont disponibles en versions de 1 à 5 étages avec 30 différents rapports de réduction pour répondre précisément aux exigences de la plupart des applications. En outre, la longueur hors tout avec le micromoteur  a été réduite au maximum pour fournir un assemblage le plus compact possible. La série de réducteur 15/10 est disponible avec paliers frittés ou roulements à billes précontraints et dispose d’une sortie avec un arbre plein de 3 mm de diamètre. La fixation est prévue avec double montage pour des vis M2 ou 2-56 UNC pour une profondeur de filetage de 3mm. La température de fonctionnement standard s’étend de -30 °C à +100 °C ou avec gamme étendue -55 °C à +125 °C  sur simple demande.

 

Machine-outil : commandes en croissance de 8%

Point de conjoncture du Symop : Quatrième trimestre 2012

 

Conséquence d’une activité industrielle européenne et française qui fléchit, la prudence en matière d’investissement s’accentue. Déjà faible, la visibilité des secteurs clients sur leur activité future se réduit encore, dans un contexte de trésorerie serrée. La demande en biens de production stagne notamment sur le marché domestique alors qu’elle reste mieux orientée sur les marchés export surtout hors Europe. Globalement l’activité de ce dernier trimestre s’est maintenue pour les fournisseurs de biens d’équipements. Les stocks restent toujours jugés normaux par 75 % des répondants. La demande sur le marché domestique devient de plus en plus très hétérogène et difficile à cerner, car il y a peu de secteurs clients fortement demandeurs et de la même façon peu de secteurs totalement en déroute. Le rayonnement des acteurs à l’international, en recherche d’une compétitivité accrue, favorise la demande. La demande export reste inchangée en provenance de la Chine et des pays émergents de l’Asie, mais également des pays de l’Europe de l’Est et de la Russie. Les commandes ont progressé de 8 % sur le trimestre par rapport au trimestre précédent avec un redressement notable en décembre qui a concerné plusieurs secteurs des biens de production.  Seuls 40 % des répondants voient leurs commandes baisser par rapport au même trimestre 2011. L’incertitude conjoncturelle et financière affaiblit toujours la demande domestique. Les projets existent mais les industriels constatent un accroissement significatif des temps de décision des clients. Alors que les projets étaient simplement retardés sur le trimestre précédent, des annulations sont observées, comme dans la filière bois. La charge des bureaux d’étude reste stable pour 54 % des répondants, en hausse pour 21 % mais en baisse pour 25 % des industriels. Comme sur les trimestres précédents, les secteurs de l’aéronautique, de l’énergie pétrolière, du ferroviaire maintiennent un bon volant d’affaires. La bonne tenue des commandes en décembre, mais également en janvier, laisse entrevoir une activité moins difficile qu’anticipée. Les industriels prévoient une relative stabilité sur le marché domestique pour ce premier trimestre 2013.

 

Pour plus d’informations : Symop Point conjoncture 2012 – 4eme trimestre

 

COdeM à Industrie 2013

Tours, centres d’usinage verticaux, centres d’usinages horizontaux, machines multifonctions, usinage 5 axes… le distributeur d’Okuma exposera tout le savoir-faire du constructeur japonais. Comme la nouvelle fonction, l’Auto-calibration 5axes, à voir sur son stand lors de démonstrations d’usinage. Intégrée dans la CN OSP-P300, elle a été développée par Okuma afin de conserver de très grandes précisions en usinage 5 axes. La mise en œuvre est très simple et ne nécessite aucune connaissance particulière. Le temps nécessaire à l’opération est de 9 minutes maximum, sans risque d’erreur, alors même qu’une intervention manuelle prendrait au minimum 4 heures, sans compter les risques d’erreurs de saisie. Les visiteurs du stand COdeM pourront assister à des démonstrations de cette nouvelle fonction sur le centre vertical 5 axes Okuma MU-500V.

Les machines exposées sur le stand COdeM :

Tour bi-broches 3 tourelles LT2000 3T 3MY. Destiné aux industriels usinant des pièces complexes en moyenne et grande série, de grande précision, que ce soit en prise ou en barre.

Le Tour multifonction Okuma MULTUS B300 W II – Gamme MULTUS. Dédié à la réalisation de pièces finies en tournage et fraisage pour la mécanique générale et également pour les opérations en 5 axes continus grâce aux logiciels UGV développés par Okuma.

Le tour SPACE TURN LB3000 MY. Des broches de tournage et de fraisage de grande puissance au service de la haute précision.

Le centre d’usinage horizontal MB-4000H. Conçu pour apporter une grande rigidité et absorption des vibrations. Le centre peut être équipé d’un kit UGV pour la réalisation de moules et aussi connecté à un FMS (Flexible Manufacturing System) d’usinage à grande vitesse.

Le centre vertical 5 axes MU-500V équipé de « l’Auto calibration 5 axes »

L’équipe COdeM exposera également au salon Industrie Lyon 2013 quelques machines des constructeurs Amada Machine Tools et Nexturn.

Ortems : croissance de 23% en 2012

renedesvignespdgortems1Pour René Desvignes, pdg d’ORTEMS, cinq raisons explique cette bonne performance dans un environnement de recession.

1.     La volonté des entreprises industrielles en période de crise d’optimiser en priorité leur existant. Les solutions de planification industrielle et d’ordonnancement d’Ortems répondent à cette démarche de réduction des stocks, d’amélioration du BFR, d’accroissement du taux de service.

2.     Le lancement de la gamme PlannerOne  avec ses composants web totalement intégrés à la solution ERP Microsoft Dynamics NAV : Production Scheduler et Resource Planner. Les solutions PlannerOne certifiées NAV 2013 sont vendues en mode indirect par 15 nouveaux distributeurs dans 8 pays : France, Allemagne, Autriche, Belgique, Pays Bas, Suisse, Canada et USA, et compte déjà plus d’une douzaine de références.

3.     Le développement de nouveaux partenariats à l’international sur l’offre Agile Manufacturing avec ZT Richter en Allemagne et BSI en Pologne. Des nouvelles ventes en Russie avec Burocrat et Petrozavodsk, en Pologne avec Bitner, en Espagne avec Lacer, Goma Camps et Morchem, en Allemagne avec Asma, au Royaume-Uni avec Tyco Valves et MSB et au Brésil avec Pharmascience et Globo laboratorios …

4.     L’accroissement de notre part de marché PME suite à nos partenariats avec les éditeurs et leurs distributeurs Microsoft Dynamics et également l’écosystème SAGE X3 avec des signatures comme Altho, Quies, Cedap, Dedienne Aerospace …

5.     Le déploiement international multi-sites des solutions Ortems en complément des déploiements ERP SAP, et Oracle s’est intensifié, notamment sous l’impulsion du lancement de notre nouvelle offre de services étendue (TMA). Ainsi cette année des sociétés comme Prysmian, Merck, Nexans, Sanofi,Knauf, Sidel, Eckes Granini  ont déployé nos solutions sur leurs sites au Brésil, Mexique, Norvège, Australie, USA, Nouvelle Zélande, Chine, Allemagne, Autriche, Espagne, Suisse, Belgique…

Ortems prévoit une croissance à deux chiffres en 2013.

Pour plus d’informations : www.ortems.com

Impression 3D : fabrication low cost d’une main artificielle pour un garçon de 5 ans

imageLa machine Replicator 2 de Makerbot a été utilisée pour la fabrication d’une prothèse.

A voir :

http://arstechnica.com/information-technology/2013/02/robohand-how-cheap-3d-printers-built-a-replacement-hand-for-a-five-year-old-boy/?utm_medium=referral&utm_source=pulsenews

 

 

Détection immédiate des fuites de gazGF-Series LRDe nombreux gaz et composés chimiques utilisés intensivement dans les   processus de production sont invisibles à l’œil nu. Des réglementations strictes régissent la manière dont les entreprises doivent détecter, documenter, corriger et signaler toute fuite de composé gazeux volatile et à quelle fréquence. La technologie la plus utilisée est l’analyseur de vapeur   toxique (TVA) ou «technologie du renifleur». Lorsque d’éventuelles fuites de   gaz sont recherchées, il faut vérifier tous les systèmes. Ces vérifications   sont particulièrement importantes et fastidieuses et nécessite  bien souvent un arrêt de production. Dans une grosse  raffinerie par exemple, il peut y avoir jusqu’à 160000 Km de tuyaux et détecter les éventuelles fuites de gaz oblige à effectuer des dizaines de   milliers de tests sur l ‘ensemble de la tuyauterie, des robinets   d’arrêt, des joints d’étanchéité, des vannes, des torches, etc. Avec la FLIR GasFindIR, un inspecteur peut rapidement et à bonne distance de sécurité identifier les   refoulements de gaz et autres substances organiques volatiles. La technologie   infrarouge utilisée montre les émissions de gaz sous forme de panache de fumée. Lorsqu’une fuite a été identifiée à distance sûre   à l’aide du dispositif, il est possible ensuite d’utiliser un analyseur de vapeur toxique pour déterminer précisément la concentration de la substance. Comparée aux anciennes  méthodes, l’utilisation de la caméra pour les inspections présente de   nombreux avantages en termes de sécurité et d’environnement. La caméra est un instrument de mesure rapide sans contact qui peut également être employé dans les zones difficiles d’accès. Les   caméras FLIR GasFindIR sont adoptées par un nombre croissant d’usines dans le   monde entier pour visualiser et documenter les fuites de gaz. Ces caméras   peuvent scruter rapidement de grandes zones et détecter des fuites en temps   réel. Elles sont idéales pour surveiller les installations difficiles d’accès   pour les instruments de mesure avec contact. Des milliers de composants   peuvent être parcourus en quelques secondes, sans interruption du processus.   Elles réduisent ainsi les arrêts de production pour entretien et permettent   de vérifier l’efficacité des réparations. Enfin et surtout, elles apportent   une sécurité exceptionnelle, car elles permettent de surveiller à distance   des fuites potentiellement dangereuses. Le cœur de la FLIR GasFindIR   est un détecteur à l’antimoniure d’indium (InSb) refroidi. Ce détecteur produit   des images claires avec un degré de détail élevé. La caméra est compacte   et  ne pèse que 2,5 kg, elle a été conçue   pour être utilisée dans des environnements industriels difficiles et   fonctionne sur une large plage de températures (de -15°C à +50°C). Elle produit des   images infrarouges en temps réel au format PAL très courant. Elle   résiste  à des accélérations de 40g. La   caméra peut détecter vingt types de gaz différents ; ceux-ci apparaissent sur   l’écran sous forme de «fumée noire» et il est possible d’analyser des   kilomètres de tuyauterie à distance de sécurité. La GasFindIR peut notamment détecter les fuites   d’hexafluorure de soufre (SF6), gaz isolant utilisé dans le monde entier dans   la plupart des installations haute tension. Le SF6 est un gaz dangereux pour   l’environnement il reste + de 3000 ans dans l’atmosphère et son effet de   serre est 24 000 fois plus important que celui du dioxyde de carbone (CO2).   Il est donc très important de trouver et de réparer les fuites de SF6 même   minimes pour contribuer à réduire le réchauffement climatique.

Daher annonce le plan stratégique Performance 2017

L’objectif majeur de ce plan est de favoriser une croissance pérenne, rentable et équilibrée sur ses trois secteurs stratégiques de spécialisation. Après une phase de forte croissance portée par le plan Ambition 2012 (+70% du chiffre d’affaires depuis 2007), Daher est aujourd’hui un groupe spécialisé dans les filières d’excellence de l’industrie française. La transformation du positionnement a permis de faire de cette entreprise un équipementier aéronautique reconnu, et de faire émerger le nucléaire comme secteur de spécialisation. Le modèle économique équilibré entre industrie et services a par ailleurs démontré sa robustesse lors des trois dernières années de crise économique, durant lesquelles le groupe a continué d’investir. Il a bâti son succès sur un modèle différenciant qui s’appuie sur la combinaison entre ses expertises industrielles et son savoir-faire de services. Performance 2017 visera à renforcer cette spécificité. Cela passe par la capacité à s’engager sur le long terme en tant qu’équipementier de rang 1 en s’appuyant sur ses savoir-faire de conception et de fabrication Industrielle et de Soutien Industriel Intégré. Pour favoriser une croissance pérenne, Performance 2017 prévoit de dégager un niveau de rentabilité récurrent pour financer la croissance du chiffre d’affaires sur des bases solides et pérennes en se concentrant sur ses cœurs de métier et des spécialités technologiques stratégiques. Ce nouveau plan stratégique s’articule autour de quatre équilibres : le maintien à 50/50 du chiffre d’affaires entre Industrie & Services, la contribution à la rentabilité entre les différents secteurs, la diversification du portefeuille de clientèle, et un développement équilibré du Groupe sur trois zones géographiques mondiales (Europe, USA, BRICS). Sur le plan commercial, Daher développe ses savoir-faire sur trois secteurs stratégiques de spécialisation : Aéronautique & Défense, Nucléaire & Energie, Industries des Biens d’Equipement. « Soutenus par notre actionnariat familial, qui nous a renouvelé sa confiance et souhaite accompagner le groupe sur le long terme, nous poursuivrons la transformation de l’entreprise en vue d’en faire un véritable champion pour les industries de haute technologie, avec un objectif de 1,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon 2017 », conclut Patrick Daher, Président Directeur Général de Daher.

La nouvelle définition de l’étalonnage : évolution ou révolution ?

Le Collège Français de Métrologie vient d’éditer un ouvrage intitulé « Application du nouveau concept d’étalonnage du VIM 3 » rédigé par un groupe de travail composé des organismes suivants : Arts et Métiers Paris Tech, ASPA, CEA/CESTA, CETIAT, CT2M, DELTA MU, LNE, PSA, TRESCAL, VOLVO POWERTRAIN. L’objectif de ce document est d’aider les métrologues et les utilisateurs d’instruments de mesure à appréhender la nouvelle définition de l’étalonnage introduite par la troisième édition du Vocabulaire International de Métrologie (VIM) et de fournir des éléments pour sa mise en œuvre au sein des laboratoires d’étalonnage. De fait, ce guide constitue une introduction à la compréhension de la modélisation des résultats d’un étalonnage. Il décrit et illustre les méthodes de modélisation, fournit les éléments, notamment statistiques, pour évaluer les paramètres d’un modèle et le valider. Une méthodologie pour le choix de la méthode de modélisation est proposée en fonction des informations disponibles par le métrologue ainsi que les livrables attendus dans un certificat d’étalonnage selon cette nouvelle définition. Ce guide est illustré par des exemples pour mieux comprendre les méthodes et méthodologies décrites ainsi que les implications concrètes dans les processus d’étalonnage de cette nouvelle définition. Enfin, il faut noter qu’un logiciel de modélisation des résultats d’étalonnage intitulé M-CARE a été développé sur la base des méthodes préconisées par le guide. Réalisé avec le support de la DGCIS (Direction Générale de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services), le logiciel est disponible gratuitement sur le site web du CFM, www.cfmetrologie.com.

Note : Application du nouveau concept d’étalonnage du VIM 3 – Edition CFM – ISBN 2-915416-13-3, 95.00 euros HT, TVA 5.5% en sus, frais de port 6.50 euros

 Pour plus d’informations :

info@cfmetrologie.comwww.cfmetrologie.com

Améliorez vos performances avec l’ERP de demain

Infor, fournisseur de solutions logicielles annonce la tenue d’une conférence – table ronde autour de l’ERP de demain. Celle-ci aura lieu le Jeudi 14 février 2013 de 9h00 à 11h00 à la Maison des Centraliens (Paris 8ème). Animée par un analyste du CXP et deux experts métier d’Infor, cette conférence sera l’occasion de définir les attentes des industriels en matière de système ERP, les exigences spécifiques à leurs métiers et de démontrer comment les solutions d’Infor,  spécialisées par secteur d’activité, répondent à ces attentes et à ces exigences. Parmi les nombreux thèmes abordés, une attention particulière sera portée aux aspects de réduction des coûts, de facilité d’intégration, d’efficacité opérationnelle, de rapidité et de spécificité métier. Dans un marché où chaque entreprise se doit d’être réactive, il est essentiel de pouvoir s’appuyer sur les applications les plus intelligentes pour rendre sa gestion plus rationnelle, plus souple et prendre de l’avance sur ses concurrents.

Renseignements et inscriptions : cliquez ici.

Matériels de BTP : stagnation du marché en 2012

Le SEIMAT – Syndicat des entreprises internationales de matériels de travaux publics, mines et carrières, bâtiment et levage – annonce une stagnation du marché des matériels de BTP en 2012 avec un volume de 17 072 unités, représentant en valeur une progression d’environ 2% (chargeuses, pelles, tracto-pelles, mini-pelles, tombereaux, niveleuses). Celle-ci s’explique par une baisse des prises de commandes observée tout au long de l’année, malgré une progression de 18% des facturations en unité, enregistrée au cours du 1er semestre 2012. Dans les matériels de terrassement, toutes les familles de machines progressent avec des volumes en hausse significative : +10% pour les pelles à chenille, +35% pour les tombereaux articulés, +36% pour les tombereaux rigides, et +56% pour les niveleuses. Le SEIMAT estime que les investissements réalisés pour les chantiers LGV Sud Est Atlantique et LGV Bretagne Pays de Loire représentent 10% du total des matériels de terrassement livrés en 2012. Dans les matériels compacts, seules les chargeuses compactes ont progressé de +13%. Par contre, les mini- pelles et les petites chargeuses sur pneus n’ont pas bénéficié d’une réelle reprise d’investissement des loueurs. Le secteur des matériels routiers – finisseurs, et compacteurs – enregistre une baisse des volumes de l’ordre de 7 à 10%. Les matériels de levage– -chariots télescopiques, nacelles et grues mobiles – augmentent d’environ 10% et le matériel de transport de béton a connu une hausse de 6%. Ainsi, sur l’ensemble des matériels représenté par le SEIMAT, l’augmentation sur l’année 2012 s’élève à +2.8% en volume avec un total de 31 287 machines, soit quelques 800 machines de plus qu’en 2011. La baisse continue des prises de commandes tout au long de l’année aboutit à un carnet de commandes contracté, à fin décembre, d’environ 10% par rapport à 2011, laissant perdurer une tendance baissière du niveau des prises de commandes sur le 1er semestre 2013, accentuée par les nombreuses incertitudes actuelles : faible niveau de confiance des acteurs du secteur et manque de visibilité économique (Source baromètre FICIME /SEIMAT de janvier 2013). L’activité en pièces de rechange et prestations de services est restée stable par rapport à 2011. En valeur, l’activité globale – matériels, pièces de rechange, servicess’élève à environ 2.6 milliards d’euros pour 2012, en progression de 4% par rapport à 2011. En ce qui concerne le secteur du BTP, on constate un ralentissement de l’activité en 2012, (-1.7% en valeur pour la FNTP ; -1,2% en volume pour la FFB) sur l’ensemble des acteurs. Les mises en chantier de logements diminuent fortement de 18 % à environ 346 500 unités, alors que l’entretien/amélioration baisse légèrement de -0.7% et que seul le non résidentiel s’inscrit en légère hausse à +1.4%. Les principaux secteurs d’activités – le Bâtiment et les Travaux Publics – donnent des signes de ralentissement d’activité assez significatifs. La FFB prévoit sur 2013 une baisse de l’activité proche de 3.5%, considérant un tassement de -8.9% dans le logement neuf, de -0.5% dans l’entretien/amélioration, et de -4.4 % dans le non résidentiel. La FNTP envisage, quant à elle, un repli de l’activité de 2% en valeur, avec seuls les grands opérateurs à +8%, grâce à un certain nombre de projets déjà validés, sachant que de lourdes incertitudes continueront à peser sur les projets d’investissements des collectivités locales. Dans ce contexte, le SEIMAT prévoit une diminution des ventes unitaires qui devrait se poursuivre tout au long de l’année pour atteindre une baisse en volume d’environ 10%.

Marché italien de la machine-outil : 4ème trimèstre 2012 stationnaire

 

Au quatrième trimestre 2012, l’indice des commandes de machines-outils, élaboré par le Centre d’Etudes et Culture d’Entreprise d’UCIMU-SISTEMI PER PRODURRE, a fait état d’une hausse de 1,6% par rapport à la même période de l’année précédente, affichant une valeur absolue de 96,6. En particulier, l’indice des commandes domestiques enregistre une croissance de 38,8%, par rapport au quatrième trimestre du 2011 ; la valeur absolue, égale à 85,9, reste cependant bien bas, confirmant la faiblesse du marché intérieur. Sur le front extérieur, l’indice des commandes fait état d’une baisse de 4,3%. L’indice absolu, égal à 102,5, est encore en dessus de la moyenne mais cela ne suffit pas à rassurer les constructeurs italiens qui font état d’une diminution de la collecte de commandes, à la baisse depuis désormais trois trimestres consécutifs. Sur base annuelle, l’indice enregistre un recul de 4,8% par rapport à la moyenne de 2011. Sur ces données pèsent les résultats négatifs de la demande étrangère (-5,3%) et la stabilisation sur des niveaux bien bas de la collecte de commandes sur le marché italien, +2%, par rapport à l’année précédente. Luigi Galdabini, président d’UCIMU-SISTEMI PER PRODURRE, exprime son grande inquiétude : “ce dernier relevé confirme la sensation de refroidissement de la disponibilité à investir de la part des plus grands marchés de débouché du made in Italy. Une situation très dangereuse pour les constructeurs italiens qui au cours des dernières années ont orienté leurs activités à l’international, compte tenu également du marché domestique stagnant. “Certes on ne peut croître à l’infini – a continué Luigi Galdabini – mais le ralentissement de la principale source de travail pour les entreprises du secteur constitue aujourd’hui une complication à ne pas négliger, vu que les investissements en biens d’équipement en Italie sont encore arrêtés. Devant l’exacerbation des conditions du contexte – a ajouté encore Luigi Galdabini – il faut que ceux qui se préparent à gouverner le pays prennent en considération la centralité du système industriel italien qui, grâce aux PMI, assure un emploi à des centaines de milliers de familles. A ce propos, UCIMU-SISTEMI PER PRODURRE, en ligne avec les demandes exprimées par le patronat (Confindustria), demande à ce que les entreprises soient facilitées dans leur processus de croissance et développement car sans développement le pays risque de partir en vrille sur lui-même. Conscients de la nécessité de ne pas peser excessivement sur les caisses de l’état, nous soulignons néanmoins le besoin d’une politique industrielle structurée en mesure de donner un élan au système. C’est pourquoi nous souhaitons que l’on prenne en considération et l’on mette sur pied au moins quelques-unes des propositions de l’association, représentant des outils concrets fonctionnels aux l’objectifs. En particulier – a ajouté le président d’UCIMU – nous demandons l’introduction d’un bonus fiscal pour les processus d’agrégation et fusion entre entreprises ayant des objectifs en commun, accompagné d’un système récompensant les entreprises qui se développent, en passant, dans les trois prochaines années, à une catégorie supérieure (de petites à moyennes, de moyennes à grandes) et consolidant leur position pour au moins trois exercices consécutifs. L’impulsion à la croissance de l’emploi devrait par la suite être facilitée par la réduction de l’imposition sur le travail à laquelle devrait s’ajouter une réduction équitable du coin fiscal. D’autre part si c’est encore la demande extérieure, bien que de manière moins nette par rapport au passé récent, qui garantit le chiffre d’affaires des entreprises italiennes du secteur, il faut favoriser l’activité d’internationalisation à travers la réduction du paiement de l’IRAP sur le personnel pour un pourcentage égal à la part de production que l’entreprise affecte aux marchés extérieurs. De plus, il faudrait que les dépenses engagées par les entreprises pour la promotion et la commercialisation à l’étranger puisse être déductibles.  En même temps, il faudrait augmenter les ressources économiques à disposition de l’Agence ICE pour les plans de promotion du secteur, sans oublier – a ajouté Galdabini – que le soutien au made in Italy se fait également par une activité serré de contrôle des produits entrant aux douanes, pour qu’ils répondent réellement aux critères de sécurité et innovation demandés à ceux qui travaillent, produisent et vendent dans les pays de la zone Euro. Ceux qui se préparent à gouverner doivent connaître clairement le scénario de déclin dans lequel évolue le système industriel italien. Les entreprises, depuis désormais une vingtaine d’années, (source : données élaborées par Centre d’Etude d’UCIMU), ont réduit drastiquement leurs investissements en biens d’équipement. La non substitution de machines-outils et robots est synonyme de recul technologique et perte inévitable de compétitivité du système économique italien par rapport à ses concurrents étrangers. Pour arrêter ce phénomène, désormais transversal à tous les secteurs de la filière, UCIMU-SISTEMI PER PRODURRE propose la détaxation totale des bénéfices réinvestis en biens à technologie avancée et la libéralisation des quotes-parts d’amortissement en plus des bonus fiscaux pour ceux qui investissent en innovation de produit et de procédés de fabrication, autant de mesures fonctionnelles et indispensables pour remettre en marche le secteur manufacturier italien”.

Drone chinois à pile à combustible

Développé par l’université de Tongji en partenariat avec les entreprises Oxai et Pearl Hydrogen, un drone à pile à combustible surnommé « Feiyue-1 » a effectué son premier vol au dessus du district de Fengxian à Shanghai le 18 décembre 2012 [1,2]. Ce 1er drone chinois, alimenté uniquement par une pile à combustible, fait suite à des vols de drones hybrides (pile à combustible et batterie-lithium) de l’Institut d’aviation général du Liaoning [3] et ouvre de belles perspectives pour le développement d’un avion léger complètement propulsé à partir d’une pile à combustible. Bien que certains problèmes techniques subsistent, comme le stockage de l’hydrogène ou bien la fabrication de la pile elle-même à partir du platine, les piles à combustibles sont des solutions d’avenir envisagées par les avionneurs comme nouvelle source d’énergie embarquée pour réduire les pollutions sonores et environnementales. Le responsable du projet, M. XU Zhenyu, professeur associé de l’Université Tongji, a indiqué que l’école d’ingénierie aéronautique et de mécanique appliquée de l’université de Tongji a commencé ses recherches sur ce drone en 2007. Pour ce projet, l’équipe d’une dizaine de personnes a bénéficié d’un financement du district de Qingpu de la municipalité de Shanghai. Le drone « Feiyue-1 », d’une envergure de 5 mètres, fabriqué en bois et fibre de verre, d’une masse au décollage de 20kg, utilise la pile à combustible à membrane d’échange de protons de 1kW (PEMFC) de l’entreprise Pearl Hydrogen. Lors de son premier vol d’une durée de 2 heures, le drone a atteint une altitude de 2.000 mètres, à la vitesse de 30 km/heure. L’équipe s’est fixé comme objectif le design d’un avion léger une place dans les prochaines années, et doit donc travailler à augmenter l’autonomie du drone jusqu’à 8h.

Pour plus d’informations : http://www.bulletins-electroniques.com/actualit…

Moteurs économiques

SEW-USOCOME_MoteursIE2-IE3-IE4Complète et modulaire, la famille de moteurs DR mise au point par SEW-USOCOME offre une économie d’énergie sensible, capables de répondre aux nouvelles exigences nationales et internationales en matière d’efficacité énergétique. Le constructeur dispose depuis plusieurs années déjà, d’une gamme de moteurs asynchrones, développée pour répondre aux exigences des nouvelles classes de rendement IE. Principalement IE2 et IE3, mais aussi IE4. A l’instar des moteurs DRS (IE1 – Standard Efficiency), les variantes DRE (IE2 – High Efficiency) et DRP (IE3 – Premium Efficiency) couvrent une plage de puissance jusqu’à 160 kW, voire 200 kW et sont disponibles en exécution avec ou sans frein mécanique. Les moteurs DR peuvent être équipés d’un codeur intégré et sont combinables aux différents réducteurs, variateurs électroniques et accessoires de la gamme modulaire SEW. Les moteurs DRU (IE4 – Super Premium Efficiency) s’inscrivent dans la plage de puissance jusqu’à 2,2 kW. En version « mondialisée » les moteurs DRE/IE2 sont homologués CEI 60034, NEMA MG1, CSA C22.2, ABNT, NCh 3086 et également conformes aux différentes directives énergétiques, Europe : 2009/125/CE (ErP), USA : EISA 2007, Canada : EER, Brésil : PN553, Chine : GB 18613. Un avantage significatif pour tous les constructeurs de machines actifs à l’export.

Pour plus d’informations : http://www.usocome.com

Les prochaines manifestations automobiles

eventInternational   Conference and Exhibition « APE » Automotive Power Electronics   – April 3 & 4, 2013 – Centre des Congrès de la Villette –   Paris                         Chairman: Dominique Lhotellier (Renault)
Since 2006, APE conference gather experts from automotive/industrial supply chain & labs around power electronics needed for more electric cars. It is recognized as the unique event to share trends, challenges & forecast technologies to prepare the future in this domain. Main         topics covered are: •      OEM’s     vision • Power Systems & Auxiliaries • Charging Systems • Power Components • Reliability

This         conference will bring together more than 250 participants. An exceptional         line-up of guests and speakers will be present for the occasion.         The exhibition will allow you to show-case your company, present     your latest products and create privileged         contacts within this unique gathering of targeted decision-makers.                                 APE will provide you – from labs early modeling to series processes         tuning – an exclusive moment of conviviality, networking and knowledge         sharing among automobile engineers and specialists in the field         of worldwide power electronics.
Program          –          Exhibition          – Sponsors2011     Edition – Photos and publications          –          Register

19 Mars 2013
14ème Cycle de conférences « Utilisation rationnelle de l’énergie et environnement » – CNAM, Paris
Conférence n°1 : Les moteurs à cycles asymétriques : le moteur à 5 temps
A l’issue d’une courte introduction portant sur les enjeux stratégiques de la réduction    de consommation des moteurs thermiques, il sera présenté les intérêts des moteurs à    cycles assymétriques.                                     Une attention particulière sera portée sur le concept de « Moteur 5 temps à Smart Waste Gate »    au travers des travaux menés conjointement par Danielson Engineering et le laboratoire    ID-Motion depuis 3 années.                                     Le positionnement technico-économique de ce concept comparativement à des approches    concurrentes de valorisation de l’enthalpie à l’échappement sera abordé.                                     En conclusion, les applications potentielles du concept « Moteur 5 temps à Smart Waste Gate »    dans les domaines de l’aéronautique, du off-road, des transports maritimes et terrestres et    plus particulièrement à destination de l’industrie automobile seront exposées.
Détails–   S’inscrire
26 Mars 2013
14ème Cycle de conférences « Utilisation rationnelle de l’énergie et environnement » – CNAM, Paris
Conférence n°2 : Les agroéquipements : spécificités et voies d’amélioration de leur efficacité énergétique
A mi-chemin entre le procédé industriel et le système de transport, les engins agricoles disposent d’une technologie    spécifique pour assurer les missions qui leur incombent. Les automoteurs agricoles sont en effet des machines complexes    délivrant de l’énergie sous différentes formes : traction, hydraulique, mécanique, électrique…ce qui implique par    conséquent différents systèmes de conversion. Pour optimiser le dimensionnement d’un tracteur et en apprécier les    performances, il est nécessaire de décrire la demande de puissance de l’opérateur en gérant la polyvalence des usages.   A partir de différents exemples d’automoteurs, on présente les unités fonctionnelles utilisées pour décrire le service    rendu par ce matériel. Du moteur à la transmission, des pompes aux systèmes de refroidissement, on présente ensuite    les contraintes et les solutions technologiques les plus courantes pour ce type de matériel. Par analogie avec le secteur    automobile, on discute des pistes explorées pour réduire la consommation d’énergie directe de l’agriculture. On évoquera    également les solutions proposées pour assurer l’indépendance énergétique du secteur et faire fonctionner ces équipements    avec des carburants produits en filière courte. En sus des travaux menés à Irstea ou par les industriels de l’agroéquipement,    les firmes pétrolières et partenaires du monde agricoles que nous côtoyons, on fera état des solutions proposées par les    industriels et primés lors des « Sima Innovation Awards » 2013.
Détails–   S’inscrire
2 Avril 2013
14ème Cycle de conférences « Utilisation rationnelle de l’énergie et environnement » – CNAM, Paris
Conférence n°3 : Le moteur industriel : défis et opportunités
Dans un marché très concurrentiel, fortement influencé par le contexte économique, et réglé    par des normes d’émission de plus en plus strictes, le moteur industriel a devant lui de    grands défis à relever.                                     En effet, les futures normes d’émission et le besoin de réduire les coûts d’exploitation    semblent des objectifs diamétralement opposés ; l’enjeu pour les acteurs de cette industrie   est de transformer ces contraintes en avantage concurrentiel. Downsizing, common-rail,    dual-fuel, post traitement des gaz d’échappement, ce vocabulaire issu de l’industrie    automobile fait désormais partie du quotidien des motoristes des moteurs industriels.    Adapter ces technologies à ce marché tout en respectant ses contraintes de performance,    de fiabilité, de disponibilité et de rentabilité est le défi à relever. En contrepartie,    le besoin est bien réel, et les opportunités nombreuses.                                     La révolution est en marche, le moteur industriel n’a pas dit son dernier mot !
Détails–   S’inscrire
3-4 Avril 2013
International Conference and Exhibition « APE » Automotive Power Electronics –    Centre des Congrès de la Villette – Paris                                     Chairman: Dominique Lhotellier (Renault)
See details above.
ProgramExhibitionSponsors2011 Edition – Photos and publicationsRegister
9 Avril 2013
14ème Cycle de conférences « Utilisation rationnelle de l’énergie et environnement » – CNAM, Paris
Conférence n°4 : Les moteurs de poids lourds
Résumé disponible prochainement.
Détails–   S’inscrire
28 Mai 2013
International conference «  ICE Powertrain Electrification & Energy Recovery » – IFPEN – Rueil-Malmaison                                     Chairmen: Vanessa PICRON (Valeo), Daniel RICHARD (Valeo), Eric LANDEL (Renault)
Given CO2 regulations for 2020 and beyond, it is now obvious for the automotive community that further improvement of Internal Combustion Engine (ICE) is no longer the unique option for powertrain energetic optimization. In addition to constant improvement of combustion engine, levers offered by energy recovery (from exhaust or regenerative braking) and optimal use through powertrain electrification are the most promising ways to reach future CO2 targets. Hybrid vehicles that are already in the market have demonstrated significant benefits, some of them achieving lower CO2 emissions than 100g per km without compromising on performances, comfort or passenger compartment space. However, there are still major challenges to solve and directions to be further investigated to reach the automotive 2L/100km fuel consumption target such as hybridization cost and integration, robustness to driving conditions and new homologation cycles, energy storage, exhaust heat recovery. The industry is developing new technologies to face these challenges. In parallel, to assess the innovations and cope with the increasing complexity of the powertrain architectures, new simulation based processes are deployed.
The SIA with its three Technical                                                         Committees “Powertrain”,                                                         “Hybrid and electric vehicles”                                                         and “Simulation” is proposing a working day to provide                                                         an overview on “ICE Powertrain                                                         electrification and Energy                                                         recovery »: – Industry strategy – Innovative solutions – Efficient optimization process & tools
This day will give you the opportunity to attend to technical conferences, to network with specialists of the field and be introduced to new technology vehicles that will be exhibited close to the conference room. A session will be dedicated to simulation aspects.
Preliminary programmeSponsoring offersRegister
12-13 Juin 2013
Congrès International « Matériaux polymères et industrie automobile » – IFMA – Clermont-Ferrand
Détails

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.