Graindorge mise sur la robotique

Cette PME spécialisée dans le traitement de surfaces par électrolyse, dédiés principalement aux secteurs de la cosmétique, de la parfumerie, des spiritueux, est positionnée sur un secteur où la maitrise du processus, la haute qualité de la production et la fiabilité doivent être assurées.

« En 2011, nous réfléchissions à la possibilité de poser les pièces sur les supports de traitement, non plus manuellement mais grâce à des robots » confie Serge Brigot, Président de Graindorge.  En effet, si en matière de traitement de surface, tout, ou presque, est déjà automatisé, l’accrochage et le décrochage des petites pièces est encore aujourd’hui une opération manuelle en raison de la minutie nécessaire et de la composition aléatoire des cadres supports. Créée en 1928 par Louis Graindorge, l‘entreprise, compte aujourd’hui 8 000 m² et une centaine de salariés. S’appuyant sur une équipe de plus de 100 collaborateurs, la PME réalise un chiffre d’affaires de 14 millions d’euros.

Après plusieurs années de croissance, la PME a investi 1,5 millions d’euros dans une chaine de robots fournie par Siléane. Spécialiste français de robotique adaptative et de la vision, ce dernier a développé un ensemble de robots pour automatiser les gestes aléatoires et répétitifs. « Les clients de Graindorge lancent régulièrement de nouvelles références. Notre objectif était de mettre en place un équipement rapide, souple et flexible » explique Hervé Henry, PDG de Siléane.

La vision systématique et en 3D du robot permet de définir la position des supports de pièces et de déclencher les 4 robots 6 axes qui assurent la pose des pièces. L’ensemble est alimenté par un robot déplaçant les plateaux thermoformes sur lesquelles les pièces ont été préalablement placées. « Un mode de  déplacement spécifique a été développé ainsi que des outillages adaptés à chaque étude de pose d’une nouvelle référence » explique Serge Brigot. « Aujourd’hui nous avons la capacité de traiter quelques 2 500 m² de pièces par jour, soit une des plus grandes capacités dans cette activité en Europe » précise Serge Brigot, Président de Graindorge.

S’il est encore trop tôt pour chiffrer les gains attendus, cette innovation devrait lui générer une nouvelle activité. De plus, pour la profession qui est soumise à plusieurs facteurs de pénibilité, ce type d’investissement réduit fortement l’exposition des salaries aux TMS (Troubles Musculo Squelettiques).

Pour plus d’informations :

www.graindorge.net

 

www.sileane.com

Association des Structures de Recherche sous Contrat

L’Association des Structures de Recherche sous Contrat (ASRC) est une organisation professionnelle qui représente plus de 40 structures privées de R&D réparties sur tout le territoire français, soit plus de 2500 docteurs, ingénieurs et techniciens au service de la recherche industrielle et du développement technologique pour les entreprises.  Les membres de l’ASRC réalisent des prestations de R&D pour des PME, ETI et grands groupes et fournissent des expertises et des solutions sur mesure améliorant l’efficacité, la productivité et la compétitivité des entreprises. Les membres de l’ASRC sont reconnus par bpi france pour leurs capacités à apporter aux entreprises des solutions innovantes dans de nombreux secteurs : santé, agroalimentaire, énergie, matériaux, transports, logistique, NTIC, défense, sécurité…

www.asrc.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s