Union du Cetim avec le Ctdec

Véritable serpent de mer, la fusion du Centre technique des industries mécaniques (Cetim) avec le Centre technique du décolletage (CTDec) devient enfin, réalité. Ils donnent ainsi naissance au Cetim-Ctdec.

L’évolution des technologies de production voit les métiers du décolletage et de l’usinage se rapprocher. Les décolleteurs sont aujourd’hui des mécaniciens qui assemblent, après usinage, des systèmes fonctionnels pour leurs clients. Le site de Cluses du CTDec devient porteur de travaux de R&D,  un centre de proximité pour les nombreuses entreprises mécaniciennes locales tout en continuant d’être aux services des professionnels du décolletage. La nouvelle identité qui accompagne cette alliance sera progressivement déclinée au cours des prochaines semaines et officiellement inaugurée au cours d’un événement dédié au mois d’avril. En trois ans de collaboration, Cetim et Ctdec ont déjà opéré la jonction tant sur les plans technologique qu’organisationnel et commercial. Des offres conjointes concernant les procédés, les matériaux et la métrologie sont désormais proposées.Tandis que le Ctdec a apporté une approche développée sur les process d’usinage, le Cetim a notamment transmis ses principes de valorisation de la R&D et le concept d’unité de production à dispositif partagé. L’équipe du Cetim, déjà installée à la maison de la Mécatronique d’Annecy-le-vieux, participe entre autres, au développement des applications dédiées aux machines des usineurs de la vallée de l’Arve. En phase avec les besoins mécaniciens régionaux, Cetim-Ctdec vise une extension d’activité, notamment par la mise en place de bancs d’essais de proximité, l’appui au déploiement de la robotique ou encore l’ingénierie d’assemblage multimatériaux. Cette nouvelle offre assoira la croissance commerciale de la nouvelle entité (avec une prévision de croissance de +30% en 4 ans). Du coté des décolleteurs, ils bénéficieront d’un accompagnement complet tout au long du cycle de vie du produit, notamment de la conception de produits et de procédés, jusqu’aux essais de validation. Cetim-Ctdec bénéficie d’un apport en financement du Cetim de 1 million d’euros par an, permettant une coordination fine des politiques et des investissements de R&D et des synergies des deux centres. La taxe versée par les décolleteurs est unifiée à celle du Cetim. Le taux est ainsi ramené à 1 pour mille du chiffre d’affaires et les entreprises de moins de 10 salariés n’y sont plus soumises. La gouvernance évolue également puisque le conseil d’administration de la nouvelle entité accueille à part égale des industriels décolleteurs et des industriels mécaniciens savoyards. Ce rapprochement aura nécessité la collaboration active des professions (Fédération des industries mécaniques – FIM et Syndicat national du décolletage – SNDEC), des opérationnels des deux centres techniques industriels et le soutien actif de la Direction générale des entreprises (DGE) au sein du ministère en charge de l’industrie. Cette solution originale, associant national et régional, a fait ses preuves avec le Cetim-Cermat à Mulhouse et le Cetim-Certec à Bourges, centres associés au Cetim depuis plus de 20 ans.

 www.cetim-ctdec.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s