Fabrication additive : les machines hybrides sont-elles vraiment intéressantes ?

didier_greenBien que le concept date depuis plus d’une vingtaine d’années, le mariage de la fabrication additive avec l’usinage dans un seul et même équipement soulève de nombreuses interrogations. Plusieurs constructeurs de machines-outils et pas de moindres, comme DMG Mori, Mazak, Hamuel Reichenbacher ou Hermle  (voir, avec un procédé différent, le japonais Matsuura), proposent de tells équipements. Pour Didier Boisselier, spécialiste de la fabrication additive au centre de transfert technologique Irepa Laser, l’intérêt d’une telle solution est plus que limité. « L’objectif principal de la fabrication additive c’est de réaliser une pièce aux côtes finies, explique l’expert de L’Irepa. Mais que se passe-t-il si la pièce que l’on a fabriquée doit subir un traitement thermique ? On doit l’usiner ensuite. C’est un premier obstacle. Aujourd’hui le marché de la fabrication additive métal concerne surtout des marchés comme l’aéronautique, le spatial, le médical, la F1… Des fabrications qui utilisent des matériaux haut de gamme (titane, alliage à base nickel, etc.). Il s’agit de pièces à forte valeur ajoutée, qui doivent subir un traitement thermique pour être finies. Autre inconvénient : le coût des opérations. Ces machines coûtent cher à l’achat et ont un taux horaire élevé. Alors, pour les amortir ils faut les exploiter à fond. Or, avec ces machines on ne peut pas utiliser les deux procédés simultanément. C’est très difficile donc de prouver la rentabilité d’un tel système. A mon avis, une meilleure stratégie serait d’utiliser des cellules de fabrication qui regroupent plusieurs machines de fabrication additive (trois ou quatre par exemple) reliées à une seule fraiseuse qui usine les pièces. Finalement, les machines hybrides ne peuvent se justifier que pour des applications de niche. Exemple : le traitement de pièces de grandes dimensions fabriquées en acier par exemple, auxquelles on veut rajouter des fonctions. Cette technologie permet également la réalisation des pièces dont on usine l’intérieur, qui ne sera plus accessible lorsque la pièce sera terminée. Telle qu’une forme de cône fermée. »

 

Informations : http://www.irepa-laser.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s