Le premier prix de la réindustrialisation

L’Institut de la Réindustrialisation, en partenariat avec l’AEF, vient de lancer, pour la 1ère fois, le  Prix Oui à l’industrie, qui vise à récompenser des projets concrets, créés par des apprenants au sein d’une entreprise, et qui ont permis un essor industriel de cette entreprise.

Jusqu’au 12 février, peuvent candidater les apprenants inscrits à l’une des formations suivantes, réalisée sur le territoire français : Cycle universitaire (Master 1, Master 2, Doctorat) ; Ecoles d’ingénieurs ou de Management (Sous statut étudiant, en apprentissage ou en contrat de professionnalisation) ; Mastère Spécialisé® de la Conférence des Grandes Ecoles.

La remise des prix se tiendra le jeudi 24 mars 2016, dans le cadre des RUE 2016, le salon de l’enseignement supérieur et de la recherche (24 et 25 mars 2016 au Palais des Congrès de Paris).

Les lauréat(e)s seront récompensé(e)s selon 3 prix : 1er prix doté de 2500 euros, 2ème prix doté de 1500 euros, 3ème prix doté de 1000 euros. Les prix seront remis par des personnalités du monde industriel

Rappelons que, dans un contexte de décroissance industrielle, l’Institut de la réindustrialisation a été créé en 2015. Ses membres fondateurs sont le GIM, Groupe des Industries Métallurgiques, Syntec Ingénierie, la plus importante fédération des professionnels de l’ingénierie et deux écoles d’ingénieurs, l’EPF et le CESI.

Parce que le déclin industriel en France et dans ses territoires n’est pas une fatalité et que des leviers efficaces ont été identifiés pour enrayer ce phénomène, l’Institut de la réindustrialisation est un pôle détecteur de bonnes pratiques ainsi que créateur et diffuseur de connaissances et d’expertises. Cet institut se veut force de proposition en abordant des thématiques liées à la revitalisation industrielle de nos territoires tout en sensibilisant les étudiants, les apprentis, le grand public et les entreprises sur ces enjeux. Attirer les jeunes et notamment les femmes vers les métiers de l’industrie, fait également partie des missions de cet institut.

Gwénaël GUILLEMOT responsable du département industrie CESI souligne. « Des succès apparaissent dans nos territoires. De grands groupes sont capables de rivaliser au niveau mondial. Des entreprises industrielles de tailles plus modestes innovent, exportent, deviennent leader dans leur activité. Des emplois sont créés… redonner de l’intérêt à l’industrie française, c’est le défi que s’est lancé l’Institut de la réindustrialisation ».

Les 4 fondateurs de l’Institut de la réindustrialisation croient fermement non seulement au maintien mais aussi au développement de l’activité industrielle française.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s