L’art… mécatronique

Pour découvrir la foisonnante exposition de

 

ZAVEN PARÉ

MÉCATRONIC

 

au Centre des arts d’Enghien-les-Bains

JUSQU’AU 20 MARS 2016 

 

 

 

 

 

« Il faut qu’on soit capable de projeter de véritables enjeux émotionnels dans ces objets, comme dans tout ce qui nous entoure »

Zaven Paré

 

 

———————————–

 

Deuxième exposition de la saison 2015/2016 du Centre des arts, Mécatronic de Zaven Paré, artiste-chercheur spécialiste en robotique, propose, jusqu’au 20 mars prochain, un parcours suggestif à travers un véritable cabinet de curiosités mécaniques. Les visiteurs sont invités à plonger dans un univers foisonnant où il est possible de croiser un chœur de 10 enfants qui murmurent, la relique d’un dieu éléphant robotisé, un torse produisant des gargouillis électroniques, ou encore, 28 antennes de voitures qui ont le trac. Des créations étonnamment vulnérables et fragiles, frôlant poétiquement avec l’idée de la panne, qui questionnent les enjeux émotionnels liés aux robots et soulèvent des interrogations cruciales sur le rapport de l’homme aux machines.

 

Le terme « Mécatronic » a été inventé dans les années 1960 par l’ingénieur japonais Tetsuro Mori pour nommer des systèmes combinant mécanique, électronique et informatique en temps réel. Pour Zaven Paré, ce terme fait aussi un clin d’œil aux Meccanos, le célèbre jeu de constructions auquel il emprunte le principe de l’assemblage. Distant du discours sur l’inquiétude liée aux robots et autres machines intelligentes, Zaven Paré s’intéresse plutôt à leur capacité à émouvoir et semble montrer le paradoxe d’un monde dans lequel il est souvent question de l’interactivité des dispositifs, alors qu’on ne se préoccupe que fort peu des véritables interactions avec les choses

 

Deuxième volet à la Médiathèque George Sand d’Enghien-les-Bains : « ROBOTS COBAYES » jusqu’au 26 mars 2016

 

Zaven Paré est né en 1961 en France. Il vit et travaille entre Rio de Janeiro et Paris. Son apport au domaine de la recherche robotique porte sur la dramaturgie des mouvements des robots humanoïdes au théâtre. Il a été résident de la Villa Kujoyama, boursier de la Japan Society for Promotion of Science et a reçu le Prêmio Sergio Motta de Arte e Tecnologia (São Paulo) pour l´ensemble de sa carrière.

 

———————————–

 

Dossier de presse à télécharger ici

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s