Un laboratoire technologique pour l’industrie navale militaire

DCNS, l’Ecole Centrale de Nantes et l’Université de Nantes annoncent la création d’un laboratoire conjoint industrie / recherche.  Le JLMT « Joint Laboratory of Marine Technology » doit permettre à DCNS d’être en permanence à la pointe des technologies les plus avancées du naval militaire. La création de ce laboratoire conjoint vient renforcer une collaboration historique entre les trois entités.

Centrale Nantes et l’Université de Nantes s’associent avec DCNS, leader européen du naval de défense, pour accélérer les développements technologiques dans trois domaines clés* du naval militaire et apporter aux navires une véritable supériorité opérationnelle à la mer. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la dynamique du projet d’i-site NexT, qui a pour ambition de faire du territoire nantais une véritable référence internationale dans deux grands domaines d’excellence : la santé et l’industrie du futur – avec les thématiques des technologies avancées de production et du génie océanique.

L’objectif général du laboratoire est de mobiliser conjointement les compétences académiques et industrielles de Centrale Nantes, de l’Université de Nantes et de DCNS afin d’aboutir à des innovations qualifiées pour les applications industrielles de DCNS dans le domaine de la construction navale militaire. Pour réaliser dans un premier temps une activité prévisionnelle de 4,5 millions d’euros sur trois ans, ce laboratoire s’appuiera sur les équipes de Centrale Nantes et de l’Université de Nantes soutenues par le CNRS et sur les départements de R&T de DCNS Research. Ce dernier comprend, notamment, les équipes travaillant sur la fabrication additive au sein de son atelier d’innovations de rupture « DCNS Innovation booster ».

Une trentaine de chercheurs internationaux, professeurs, ingénieurs, doctorants, post-docs et masters, répartis en trois équipes associées à celles de DCNS, travailleront sur les trois thèmes scientifiques retenus :

1. La fabrication additive, et particulièrement d’éléments de grande dimension :

Les  technologies de fabrication additive métallique commencent à être utilisées industriellement à des coûts compétitifs pour la production en petite série de pièces de faibles dimensions. En levant des limites imposées par les procédés traditionnels, ces technologies ouvrent la voie à des concepts de pièces et d’assemblages novateurs, et donc à la production de pièces apportant une plus grande efficacité des navires en mer, jusqu’ici impossibles à fabriquer. D’importants défis restent cependant à relever parmi lesquels le contrôle et la certification des pièces fabriquées, la taille des pièces, le nombre des matériaux utilisables…

Jean-Yves Hascoët, professeur des universités et directeur de la recherche à Centrale Nantes, et Laurent Coudray, directeur de programme de recherche R&D à DCNS, piloteront ce volet.

  1. Hydrodynamique navale, et développement de simulateur :

La modélisation en hydrodynamique navale a pour objectif de disposer des moyens de prédiction des performances et comportements hydrodynamiques des navires et plateformes maritimes. Les travaux se focaliseront sur la prédiction du comportement sur houle des navires, tant pour les étapes de conception qu’en opération, ainsi que sur l’hydrodynamique des propulseurs.

David Le Touze, professeur des universités à Centrale Nantes et Jean-Jacques Maisonneuve, expert simulation mécanique des fluides de DCNS Research, seront en charge du pilotage des travaux.

  1. Simulation numérique multi-physique, ou modélisation et simulation des structures issues de matériaux innovants :

L’objectif de cette équipe est de développer des modèles de calcul permettant de simuler le comportement des matériaux, de structures et de phénomènes complexes inabordables par les logiciels de simulation actuels. Ces études permettront de concevoir des structures navales plus résistantes aux chocs, aux vibrations et à la fatigue, notamment pour les structures polymères ou métalliques obtenues par fabrication additive, en lien avec les travaux du 1er thème. Cela permettra également une meilleure compréhension des phénomènes vibro-acoustiques mis en jeu dans le cadre de l’amélioration de la discrétion des sous-marins.

Erwan Verron, professeur des universités à Centrale Nantes et Jean-François Sigrist, directeur du Département Dynamique des structures de DCNS Research, conduiront ces études.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s